Posts Tagged "bocage"

Randonnée découverte de la haie

Randonnée découverte de la haie

Dimanche 23 Novembre, Gwenael Landais, président de l’association Le champ du possible 61 et l’intervenant Laurent Nevoux technicien bois proposaient une randonnée-découverte de la haie.
La cinquantaine de personnes, présente, au rendez-vous s’est rendue à la Botellerie pour débuter une balade à la fois récréative et informative dans les chemins creux de Champsecret.

Pour donner quelques repères à l’assistance, Laurent Nevoux a d’abord livré quelques aspects historiques de notre bocage. Ainsi, on apprenait que le défrichage de notre région forestière a commencé il y a un millénaire et que l’édification des haies, se développant particulièrement au XVI ème siècle, répondait à une conciliation nécessaire entre le milieu de la forêt et l’aménagement des terres.
Les linéaires de haies fournissaient à la fois l’énergie nécessaire à l’activité des hommes et servaient à l’origine à enclore les animaux.
Le réaménagement du paysage à cette époque a évolué avec l’évolution des besoins de la société tout en restant cohérent. Ce maillage s’est poursuivi jusque dans les années 50 du siècle dernier. La France comptait alors 3 millions de kms de haies (500 000 aujourd’hui)
L’après guerre connaît de profondes transformations sociales et économiques ayant une répercussion importante sur les paysages se traduisant essentiellement par l’arasement des haies et la disparition de nombreux vergers d’arbres à haute tiges.

Aujourd’hui, le rôle de la haie est remis en évidence. Sur le plan agronomique, elle joue un rôle essentiel dans la limitation de l’érosion, dans la filtration de produits de traitements, dans la conservation de la biodiversité, dans la régulation de phénomènes naturels (rôle auxiliaire et de complémentarité pour les cultures) et dans la qualité de l’eau.

Pour Laurent Nevoux, il est nécessaire de redévelopper une culture de l’arbre.
Les défenseurs de l’agroforesterie s’emploient à démontrer la pertinence de la cohabitation des arbres et des cultures.
Localement, depuis une dizaine d’années, les pouvoirs publics incitent aux replantations d’essences locales (noisetier, châtaignier, frêne, merisier, chêne)
Des actions sont menées pour réhabiliter la haie bocagère et lui donner une valeur économique. Un foyer peut se chauffer annuellement avec la production de bois de 2 à 3 Kms de haie à un coût de revient réduit.
Pour rester une énergie renouvelable, l’exploitation du bois doit répondre à une gestion durable qui permet une adéquation entre les besoins et les volumes de bois produits
sur des périmètres locaux.
La conservation des haies est donc essentielle pour le développement des activités agricoles, pour la conservation de la biodiversité et des paysages tout en ayant sa place dans le développement des énergies renouvelables.

Prochain rendez-vous : Soirée Conte en patois normand (pour familles) le vendredi 19 Décembre à 18H au secret-knight à Champsecret.

En savoir +